PERINAT

Coordinatrice scientifique : Giuditta Caliendo (ULille, UMR 8163 Savoirs, Textes, Langage)

Membres de l'équipe : Maarten Lemmens, Océane Foubert, Lola Marinato, Catherine Ruchon, Aurore Lavigne (Université de Lille, STL); Jeannette Littlemore, Sarah Turner (Université de Coventry) ; Maria Iannario, Rosa Fabbricatore, Rosaria Romano (Université de Naples 'Federico II')

Début du projet : 01/03/2023
Fin du projet : 28/02/2027
Durée du projet : 4 ans

Financeur : ANR

Site web du projet : https://perinat.univ-lille.fr/

Résumé du Projet :

La souffrance qu’une famille doit endurer lorsqu’elle est frappée par un deuil périnatal est exacerbée par le silence et l’isolement social qui entourent cet événement très stigmatisé dans les sociétés occidentales. Il est étonnant de constater que ce tabou est profondément ancré, alors même que la mort périnatale est extrêmement élevée : rien qu’au Royaume-Uni, un enfant sur 200 naît sans vie et 2000 interruptions médicales de grossesse sont pratiquées chaque année en raison de malformations ou d’anomalies foetales. Selon les statistiques officielles, les données sont comparables dans d’autres pays européens, comme la France ou la Belgique.
L’objectif de cette étude est de briser le silence qui entoure actuellement le deuil périnatal et de sensibiliser à un aspect de la vie familiale dont on parle peu. Elle vise plus particulièrement à mieux aider à comprendre les choix linguistiques faits par les parents endeuillés et à observer : comment ils utilisent les métaphores et les néologismes dans leur processus de deuil et comment ce processus s’insère dans des contextes sociomédical et juridique. Dans un but de sensibilisation, une « nouvelle approche discursive du deuil périnatal » sera développée, testée et encouragée dans les domaines où les praticiens sont susceptibles de rencontrer un parent endeuillé, en donnant la priorité aux aspects suivants :
(i) le besoin qu’ont les parents de se protéger de certaines pratiques discursives usuelles qui tendent à minimiser ou à ignorer leur rôle de parents, ainsi que la dignité du bébé décédé ;
(ii) la nécessité d’identifier un ensemble de pratiques discursives éthiques, standardisées, qui aideront les parents dans leur processus de deuil et leur réinsertion, post-traumatique, dans la société et à leur travail ;
(iii) l’impact des cadres juridiques sur l’expérience du deuil et le fossé sociolégal entre les aspects juridiques et la réalité.
Cette étude sera réalisée par le biais d’entretiens et de questionnaires soumis à des parents endeuillés dans trois pays (Royaume-Uni, France et Belgique), ainsi que par une analyse de récits de parents disponibles en ligne. Les résultats seront utilisés pour informer et améliorer le soutien offert par les professionnels de l’accompagnement aux parents endeuillés, dans ce contexte difficile, en tenant compte des contraintes juridiques. Concernant ces contraintes, le projet cherchera également à mieux comprendre la façon dont les expériences personnelles sont façonnées par les (nouvelles) lois qui réglementent : la reconnaissance des bébés décédés ; les différentes options pour disposer de « ce qui reste de la grossesse » ; les droits des parents lors de leur retour au travail. Les faits montrent que la loi dans sa formulation stricte ne correspond pas au vécu des parents.
Pour les besoins de notre analyse linguistique, le projet se concentrera sur deux éléments du discours autour du deuil périnatal : la métaphore en tant que moyen permettant de dire l’indicible ; l’utilisation de néologismes pour désigner les bébés décédés et les parents endeuillés. La raison de ce double objectif est que, non seulement la métaphore se révèle être un outil efficace pour exprimer la complexité du bouleversement émotionnel, mais de plus son utilisation aboutit parfois à des néologismes qui permettent d’exprimer de nouveaux concepts (« réification »). L’analyse des métaphores et des néologismes utilisés par les parents est donc un moyen puissant pour mieux comprendre leur expérience du deuil périnatal et améliorer leur accompagnement. Véritable défi sociétal, ce projet vise à stimuler le débat politique et professionnel sur les conséquences du deuil périnatal afin de transformer la communication et les relations sociales des parents endeuillés, principalement en informant celles et ceux qui veulent les soutenir et les conseiller sur les différents modes de communication d’un point de vue médical ou non.

Capsule vidéo de présentation de Giuditta Caliendo et du projet: