Appel à contributions : Methodos 21 (2021)

Appel à communications
du 12 nov. au 20 janv. 2020

Appel à contributions pour Methodos 21 (2021)

La livraison 2021 de la revue Methodos – Savoirs et textes, publiée par le laboratoire « Savoirs, Textes, Langage », UMR 8163 (CNRS, Université de Lille), sera consacrée au thème

                                                                 « L’exercice en art »


Argumentaire

Essentielle à toute activité artistique, la pratique de l’exercice est pourtant rarement interrogée en tant que telle. Qu’est-ce qu’un exercice artistique ? Quelles perspectives nouvelles la pensée de l’exercice permet-elle d’ouvrir sur la compréhension de la pratique artistique, de ses liens avec les savoirs, les techniques, la question de la transmission ? Redevenue centrale en philosophie, notamment depuis les travaux de Pierre Hadot et Michel Foucault consacrés aux « exercices spirituels », en lien étroit avec celle d’usage, par exemple chez Montaigne ou les Stoïciens, cette notion n’a pourtant été que rarement confrontée aux pratiques artistiques et aux élaborations théoriques de ces pratiques.

Il s’agit d’une part de questionner les pratiques artistiques par la notion d’exercice, en problématisant les aspects routiniers et non-spectaculaires de ces pratiques, aspects pourtant essentiels à toute activité artistique ; d’autre part, inversant les termes du débat, c’est la notion d’exercice qui peut être interrogée et problématisée par des pratiques (celles de l’art) qui ne sont pas nécessairement au premier plan de son champ d’application.

L’exercice artistique peut être abordé dans son rapport avec les formes du temps (la répétition, la reprise, la variation, le travail de la mémoire) et celles de la discipline (le travail quotidien du corps et/ou de la voix chez le danseur, le chanteur, le comédien, l’instrumentiste, la coordination des gestes, etc.). Se pose également la question de l’articulation entre exercice individuel et exercice collectif ; si jouer s’apprend, jouer ensemble s’apprend également et exige d’autres types d’exercice (M. Halbwachs, A. Schütz, H. Ravet, pour ne prendre que l’exemple la musique). L’exercice artistique est aussi travail de la perception : apprendre à regarder (l’exercice pictural chez Ruskin, la question de « l’œil innocent », la photographie comme pratique du regard, l’informe comme attention à la singularité de la forme chez Valéry), apprendre à écouter (l’écoute réduite chez Pierre Schaeffer, le hasard comme déconditionnement de l’écoute chez Cage, mais aussi les exercices de dictée musicale et de commentaires d’écoute dans les Conservatoires), apprendre à sentir sa phrase (les exercices de rhétorique), apprendre à sentir en général (déjà dans l’Émile de Rousseau). L’exercice artistique est aussi construction d’un type spécifique d’attention, de nature sensible, différente tout autant de l’attention intellectuelle théorisée par Descartes et les cartésiens que de l’attention spirituelle théorisée dans les Exercices Spirituels de saint Ignace de Loyola. La notion d’exercice artistique peut enfin s’entendre sur le plan de la transmission des savoirs et des pratiques, transmission qui est en même temps construction des habitus d’un monde artistique donné. Des dialectiques se font jour entre la reproduction à l’identique de la « conduite efficace » (Mauss) et l’appropriation qui re-figure et re-forme la technique ainsi transmise.

Les propositions de contribution peuvent être aussi bien thématiques (l’exercice au théâtre, en peinture, en musique, en danse, en architecture, en rhétorique, en photographie…) que problématiques (l’exercice collectif, l’exercice comme formation et comme transmission, la place du langage [explications, conseils, critiques] dans les différents types d’exercices artistiques, les formes de relation entre maître et disciple, etc.). Une approche historique peut également avoir sa pertinence (histoire des pratiques d’atelier par exemple).

Détails pratiques

Les propositions de contributions (2500 signes) seront envoyées sous forme électronique, en formats Word et PDF à la rédaction, simultanément à Bernard Sève et Florence Thill jusqu’au 20 janvier 2020 au plus tard

Après acceptation de leur proposition, les auteurs devront faire parvenir le texte de leur article sous forme électronique, en formats Word et PDF pour le lundi 4 mai 2020, en respectant les modalités décrites dans la rubrique « Conditions de publication et instructions aux auteurs » sur le site de la revue.

La taille des articles n’est pas limitée a priori.

Ils pourront être rédigés en français, allemand, italien ou anglais.


Tweeter Partager sur Facebook Google +