Séminaire "Les Platonismes en Phénoménologie" (C. Majolino / A. Lernould / E. Mehl)


Edouard Mehl. L'Eros relève-t-il de la phénoménologie ? Sur le Platon de Gerhard Krüger (1939)

« L’Eros relève-t-il de la phénoménologie ? Sur le Platon de Gerhard Krüger »

 

La séance du séminaire portera sur le Platon de Gerhard Krüger (Einsicht und Leidenschaft, 1939), en le confrontant aux grandes interprétations herméneutiques de Platon : celle de Heidegger, et celle de Hans-Georg Gadamer. A peu près inconnu en France, l’ouvrage singulier de Gerhard Krüger entreprend de donner une lecture de la divinisation platonicienne d’Eros (essentiellement à travers le second discours du Phèdre, 244a sq.) en contrepoint, et pour partie en réponse à l’analytique existentiale du Dasein, telle que l’a inaugurée Heidegger avec Sein und Zeit (1927), sans oublier le prolongement que Heidegger donne ensuite à sa réflexion sur Platon dans l’essai Vom Wesen des Grundes (1929). Au bout de ce dialogue philosophique, qui nous obligera à quelques détours, par Kant, Goethe, et Nietzsche, il deviendra évident que cet Eros est, selon Krüger, la seule figure pensable du « Dieu qui peut encore nous sauver ».

 

Bibliographie,

 

Platon, Phèdre, 244 sq. Philèbe, 64-65.

Heidegger, Être et Temps, §§ 42-43. Vom Wesen des Grundes, IIe partie.

Gerhard Krüger : Einsicht und Leidenschat. Das Wesen des Platonischen Denkens. Klostermann, 1939.